Photo couverture 04

Le secrets de famille

Secrets, secrets de famille…transgénérationnelles

 

«  Celui qui a honte de sa famille n’aura jamais de chance «, ou littéralement :  » Celui qui a honte de sa famille, n’aura pas de bénédiction  » ( Proverbe juif )
 
Les secrets de famille, et  secrets en général, sont liés à des problèmes de communication. Les difficultés commencent dès la naissance, dans une famille qui transmet  à l’enfant un héritage conscient et inconscient comprenant des missions, des loyautés familiales visibles ou invisibles, des loyautés de clan, culturelles, religieuses ou nationales.
Tout individu est imprégné, qu’il le veuille ou non, qu’il le sache ou non, de ces liens et habitudes de loyautés familiales, des traumas et traumatismes , des deuils non-faits de sa famille, etc.
Une empreinte se créée ainsi, de façon très précoce. Elle restera en mémoire – et dans la mémoire corporelle.
 
C’est une expérience des plus précieuses pour l’humain, ce que nous ont transmis nos parents, leurs parents, et leurs ancêtres qui continuent ainsi à vivre en nous.
 
L’homme est ce qu’il est dans le regard d’autrui, tel qu’autrui le reconnaît, ou ne le reconnaît pas, en tant que personne adulte, indépendant et ayant une vie propre, qu’il s’agisse d’un enfant, d’un soi-disant adulte, d’un malade, d’un handicapé, d’une personne de couleur, d’une personne âgée, d’une femme, d’un  » bâtard « , d’un enfant trouvé-adopté, d’un étranger de pays pauvre, d’un ancien bagnard…
 
Il faut bien comprendre ce qu’implique pour le développement de chacun, le fait d’être considéré par autrui comme une personne à part entière, ou comme une non-personne.
 
Très souvent, à cause de manque de communication entre membres de la famille, l’enfant commence à avoir de la honte de ses parents et même de son peuple! C’est comme renier sa meilleure part, la plus précieuse et renoncer à soi-même. Un homme ou une femme ne peuvent vivre sans un respect de soi, sans dignité.
Ce proverbe juif qui proclame que celui qui a honte de sa famille n’aura pas de chance dans la vie, signifie : il n’aura pas cette confiance en soi qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue.
 
Pour se comprendre soi-même, il faut comprendre le lien qui unit une génération à celle qui la précède et à celle qui la suit.
 
En vous écoutant,  ce qui est dit, et même ce qui ne l’est pas, l’analyste recevra des messages, qui, une fois décryptés, lui procureront des indices psychologiques qu’il n’est pas possible d’obtenir par vous-même, de votre propre  » raison  » mais il cherchera au travers de votre cœur ce qu’il sait.
 
 » Va vers ton sein;
Frappe, et demande à ton cœur ce qu’il sait. « 
Shakespeare ( Isabelle, dans  » Mesure pour mesure « , acte ll, scène 2.)
 
 
Pas à pas, revivons à nouveau….

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *