Photo couverture 04

Les conflits familiaux

Comment mettre en place des limites sans détruire votre famille 

 
Dans les conflits familiaux, il n’y a ni gagnant ni perdant : tous deux souffrent d’une manière ou d’une autre, entraînant avec eux leurs enfants ou d’autres proches dans cet entonnoir d’émotions.
 
Cependant, « retenir » constamment vos émotions négatives, n’est pas non plus la meilleure option. Pourquoi ? Parce que vous pensez qu’ainsi vous pourrez sauver votre famille et y maintenir la paix. Comme vous le savez, tôt ou tard, tout ce qui s’est accumulé va certainement se répandre.

Comment alors mettre en place des limites sans détruire votre famille en préservant le respect et de la paix ?

Dans le dialogue d’aujourd’hui, l’une des options qui peut résoudre le problème…
 
Les yeux immenses et grands ouverts de la fragile Capucine regardaient attentivement le thérapeute, occupant près de la moitié de l’écran, de sorte qu’il semblait que l’expression « se noyer dans le regard » avait été inventée à son sujet. Et un vilain hérisson aux cheveux bruns courts et enfantins qui se gonflaient de manière quelque peu militante sur le dessus de sa tête.
 
Cette fois, il a été plus difficile pour Capucine que d’habitude d’exprimer sa demande au thérapeute, car la rencontre n’a pas eu lieu dans le bureau auquel elle était si habituée. De plus, pendant ses vacances, dans l’un des bungalows au bord de l’océan, des membres de sa famille y sont apparus et cela a provoqué des émotions assez difficiles.
 
— Capucine, sur quoi veux-tu travailler aujourd’hui ? – Demande le thérapeute.
 
— Je suis confuse dans ma relation avec mon mari. Je veux quitter la relation, mais je me souviens que « Une maison sans femme est aussi vide qu’un écrin à bijoux « . Je dois faire quelque chose avec moi-même pour que tout se passe bien dans la relation. Elle posa sa joue sur sa main et regarda pensivement l’écran, attendant une réponse.
 
— J’ai besoin de plus de détails, s’il te plaît. Demande le thérapeute.
— Dimanche, nous étions à la piscine. J’ai dit à mon mari que nous devions rentrer à la maison pour que je puisse préparer le dîner. Il m’a rappelé qu’hier, le samedi, il a cuisiné du pilaf et qu’il en restait encore pour tout le monde. Mais je suis maintenant passé à une alimentation saine et je ne mange plus de pilaf. Je lui dis que je ne donnerai pas ça aux enfants.
Mon mari devint furieux et me dit :  » Détends-toi. Tu essayes de contrôler tout le monde. C’était également impoli devant d’autres personnes. » Il me semblait que je faisais quelque chose de mal. Les enfants commencèrent à s’inquiéter et s’accrochèrent à leur père. Je me sentais très mal à l’aise, — bavarde-t-elle et elle grimace même, se rappelant la situation en détails.
— T’as entendu les paroles de ton mari et tu as pensé que tu faisais tout de travers. Lorsque tu regardes tes enfants et ton mari, penses-tu qu’ils te disent que quelque chose ne va pas chez toi ? Demande le thérapeute, testant une hypothèse sur la façon de penser de la patiente afin de mieux la comprendre.
 
— C’est ce que pensait mon mari. Les enfants craignaient de ne pas avoir de pilaf pour dîner, car c’est l’un de leurs plats préférés. J’étais très mal à l’aise que cela se produise en public , — Capucine fronça encore plus les sourcils et ses yeux s’assombrirent.
 
Lorsque les enfants se sont accrochés à ton mari et qu’il t’a dit : « Détends-toi », qu’as-tu ressenti ? Demande le thérapeute.
 
— Tremblement dans tout le corps. Les mains tremblent. Désagréable. À ce moment-là, j’ai pensé que j’avais tort, — Dit-elle, partageant ses doutes.
 
— Si nous supposons que t’as eu tort, qu’est-ce que cela signifie pour toi ? — Le thérapeute regarda attentivement le patient.
— De la peur. J’ai voulu juste disparaître. J’étais très inquiète pour mes enfants et je ne voulais pas qu’ils voient leurs parents en conflit. Je ne voulais surtout pas montrer que leur mère ne pouvait pas se défendre. J’ai peur de mon mari,– elle a admis qu’elle avait peur de son mari.
 
— Comment la peur se ressent-elle dans le corps ? – demande le thérapeute . A ce moment, il aide à sa patiente à se concentrer sur son corps et à décrire ses sensations. C’est la première étape du travail avec les émotions.
 
Au cours de la thérapie, il s’est avéré que derrière la peur, Capucine cachait sa déception. La déception est une nuance de tristesse.
 
Lorsque Capucine s’est sentie plus calme, le thérapeute est passé à l’étape de réflexion sur son vécu émotionnelle.

 Résumons. La peur dit que tu ne veut pas subir la perte et suggère de faire quelque chose pour l’éviter. T’as peur de perdre tes enfants, ta famille, et t’as donc décidé de rester dans cette situation. Mais en même temps, tu ne voulais pas perdre la face. L’humiliation, laquelle t’as vécu sur le moment, c’est une forme intense, voire radicale, de souffrance psychique : elle dévalorise, méprise et met en cause le droit de l’individu à être, à vivre, sans justification. Elle tend en effet à effacer le sujet dans sa qualité même d’être humain. Et t’as régressé dans un état enfantin d’impuissance.

La régression est un mécanisme de défense du psychisme qui se traduit par un retour aux comportements de l’enfance.

Elle désigne un retour en arrière dans un processus de développement et le recours à des attitudes et des comportements liés à une phase antérieure du développement (c’est l’exemple de l’enfant qui « régresse » à la naissance d’un petit frère et retrouve des comportements de bébé).
— N’est-ce pas ? — Capucine hoche la tête en signe d’accord. — Si tu agissais en position de force, à quoi ressemblerait ta réaction ?
— J’aurais pu dire : « Ne nous parlons pas comme ça. D’abord, calmons-nous, puis nous reviendrons à la conversation. Mais quand je dis cela, mon mari répond avec irritation : « Eh bien, tu devrais aussi écrire les règles pour communiquer avec toi ! — Capucine a de nouveau rapproché ses sourcils.
 
Dans ce cas, il est important que tu tenais ton bout de corde et que tu laissais la liberté aux gens : réagir comme ils le souhaitent. En d’autres termes, maintenir tes frontières est ta responsabilité et non celle des autres. La raison pour laquelle tu ne le fais pas : t’u as peur de développer un conflit et ressentir encore plus de peur, explique le thérapeute. Ce à quoi Capucine acquiesça de la tête.
 
— Je voudrais attirer ton attention sur la conséquence de tes émotions. Tu as dit que tu avais senti tes mains trembler à cause de la peur. « En général, nous éprouvons rarement la peur dans nos mains », le thérapeute regarda Capucine d’un air interrogateur.
 
L’étude de Lauri Nummenmaa nous apporte la preuve scientifique que nous incarnons nos émotions.
Nos émotions s’accompagnent de changements corporels plus ou moins fins, plus ou moins perceptibles selon chacun. Les identifier nous permet de prendre conscience de nos mouvements intérieurs, c’est-à-dire de notre réponse corporelle à un évènement : alors que la joie rayonne dans tout le corps de manière relativement homogène, la colère active fortement nos poings (et un peu nos pieds), la tristesse génère du repli, la honte nous fait rougir, le dégoût nous donne la nausée.

La colère est une conséquence de la peur.

Dans ce cas, le thérapeute indique que Capucine a commencé à déclencher une réaction défensive par l’attaque.
 
— C’est un signe que t’es en colère. Parfois, la colère fait qu’une personne ne regarde pas la frontière, mais l’intrus. Nous n’avons pas besoin de nous occuper du délinquant. Il est important pour toi et ton mari de comprendre vos limites. « Tu pratiques actuellement les limites de ton indépendance avec ton mari», rappelle le thérapeute à Capucine.
— Qu’as-tu retenu de cette séance ?
 
— J’ai confiance en moi maintenant. Cette petite fille sans défense n’est plus là. Il y a moi – juste une personne. Et c’est une sensation très cool , les yeux déjà grands de la jeune femme s’écarquillèrent encore plus de plaisir.
 
 Désormais, gardes en toi cette sensation de ta force. Maintenant, t’es capable d’aimer ta famille grâce à ce sentiment . Tu n’as plus besoin de penser : « Maintenant, je vais te montrer que je suis plus forte et j’arriverai à mes fins. » À partir dès maintenant, dans tes pensées : « Je sais qui suis-je. Il n’y a rien de mal avec moi. Et je peux vous aider si vous en avez besoin », — le thérapeute rappelle à Capucine les idées qu’elle a reçues au cours de la thérapie sur ses émotions.
 
Remarquez comment, au cours de la séance, le thérapeute a montré à Capucine que la raison pour laquelle elle se sentait sans défense et blessée n’était pas son mari ou quelqu’un d’autre. Et plus elle s’efforce de lui prouver quelque chose, plus la situation empire.
 
La seule raison pour laquelle nous nous sentons mal, c’est à cause de nos pensées. Dans ce cas, le thérapeute a appris à la jeune femme à se concentrer non pas sur le « transgresseur de ses limites », mais sur les limites mêmes de son espace personnel : les comprendre et les maintenir.
 
Cela permet de libérer la responsabilité des proches quant à ce que nous ressentons et de faire passer la conversation d’un format « accusateur/accusé » à une discussion entre deux adultes qui s’aiment et se respectent.
 
Peut-être vous, en souviendrez-vous, la prochaine fois que vous aurez l’impression qu’un de vos proches transgresse vos limites et que vous souhaiterez repousser agressivement cette attaque.
 
Contactez-moi pour une séance qui pourrait être le point de départ de votre nouvelle vie.
 
Pas à pas, revivons à nouveau….

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *