Photo couverture 04

Changements, paradoxes et psychothérapie

Comment, dans les relations humaines, les impasses apparaissent-elles ?

 
Qu’est-ce qui fait que, souvent, nos tentatives de provoquer un changement ne font que nous emmurer dans un jeu sans fin ?

Exemple :

Disons que vous prévoyez de passer un week-end en dehors de la ville où vous n’êtes allé qu’une seule fois…
Vous avez décidé d’utiliser le navigateur de votre téléphone pour trouver la bonne adresse, mais vous avez oublié de mettre à jour votre GPS.
 
Vous commencez votre itinéraire en suivant les indications de la voix de votre logiciel , mais il s’avère que certaines rues sont devenues des sens uniques, des bâtiments ont été reconstruits et ce dont vous vous souvenez encore, qui était nécessaire pour votre voyage, n’est pas du tout marqué sur la carte.
 
Vous pouvez continuer à suivre les instructions du navigateur et vous perdre, ou vous pouvez commencer à chercher d’autres sources d’informations : par exemple, interroger les passants ou recourir à des recherches avec votre téléphone.
Vous trouverez le bon endroit, mais cela prendra plus de temps et d’efforts que si vous aviez mis à jour votre appareil et vos logiciels de navigation avant.
De la même manière, si nous ne mettons pas à jour notre réflexion avec de nouvelles connaissances et idées sur la situation, nous pouvons avoir du mal à prendre les bonnes décisions et à atteindre nos objectifs.
 
Et en même temps, notre cerveau résiste le plus souvent à de tels changements. Il s’accroche aux schémas habituels, les croyant plus fiables.
Cependant, nous savons que marcher le long des anciennes routes ne mènera certainement pas à de nouveaux endroits…
 
Par conséquent, il est très important de mettre à jour vos «itinéraires mentaux» à temps pour avoir de nouvelles opportunités et de pouvoir les utiliser en temps opportun.
 
La psychothérapie aide à contourner cette résistance du cerveau.
En conséquence, vos pensées sont transformées et votre réalité s’étend avec elles.
 
Pas à pas, revivons à nouveau….
Référence(s) :
Paul WATZLAWICK, John WEAKLAND et Richard FISCH (1975/1974).

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *